MENU

dimanche 31 juillet 2016

Mois Harry Potter

https://lespetiteslectrices.blogspot.fr/2016/07/lancement-du-mois-harry-potter.html



Hey ^^

Pauline et Camille du blog Les Petites Lectrices ont décidé d'organiser un "Mois Harry Potter" ! Il s'agit d'un mois pendant lequel elles ne publieront que des articles en relation avec le monde sorcier de J.K. Rowling. Voici leur article



Pour l'occasion, j'ai décidé de les relire (et découvrir pour certains ^^') et de les revoir. Ma chronique du tome 1 sera disponible demain ! Par contre, je compte faire d'autres articles qui n'auront rien à voir avec les sorciers (enfin j'essaierai, je n'aurai pas internet)


Joyeux Anniversaire Harry !!! 



On a tous (ou presque) été bercé par Harry Potter, Poudlard, les cours de la vieille McGonagall et ceux du terrifiant professeur Rogue. On a tous déjà rêvé de recevoir cette lettre (d'ailleurs je l'attends toujours ! ^^ ).  On a tous déjà voulu assister à un match de quidditch, suivre les cours de défense contre les forces du mal, roder la nuit grâce à la cape d'invisibilité et à la carte des maraudeurs ou encore gouter la bierraubeur et les dragées surprises de Bertichrochue (quoique maintenant, ils existent sous le nom de Jelly Belly).

Harry Potter a aussi été adapté au cinéma, huit films qui ont tous connu un succès énorme, en jeux vidéo ou encore en produit dérivés. Et hier a eu lieu la première de la pièce Harry Potter and the Cursed Child , Harry Potter 19 ans plus tard. Le texte, est sortie aujourd'hui à minuit dans les librairies anglaises (le 14 octobre en France). En Novembre, le 16, le film Harry Potter et les animaux fantastiques sortira au cinéma, ce sera l'histoire de Nobert Dragonneau en 1926, l'auteur d'un livre qu'Harry étudiait à Poudlard.  Comme quoi, l'univers magique de J.K Rowling continue toujours de grandir ^^

J'ai hâte de voir les articles que Camille et Pauline nous ont préparé, elles ont vraiment eu des idées génial ! :) Pour ma part j'essaierai de chroniquer les livres et de faire des "Livre au film", peut-être que je ferai aussi quelques tags...

Bonnes lectures 

samedi 30 juillet 2016

La fille de Brooklyn de Guillaume Musso





extrait p 399

"Lois n°2 : Ne vous fier pas à vos amis, utiliser vous ennemis (...). Si vous n'avez pas d'ennemis, 
trouvez le moyen de vous en faire."
Robert GREENE 







titre : La fille de Brooklyn
auteur : Guillaume Musso
édition : XO éditions
parution : 23 mars 2016
nombre de pages : 464
coût : 21,90€
lecture n°35










     Synopsis :

Je me souviens très bien de cet instant. Nous étions face à la mer. 
L'horizon scintillait. C'est là qu'Anna m'a demandé : 

" Si j'avais commis le pire,
m'aimerais-tu malgré tout ? "


Vous auriez répondu quoi, vous ? 
Anna était la femme de ma vie. Nous devions nous marier dans trois semaines. Bien sûr que je l'aimerais quoi qu'elle ait pu faire. 
Du moins, c'est ce que je croyais, mais elle a fouillé dans son sac d'une main fébrile, et m'a tendu une photo. 
– C'est moi qui ai fait ça. 
Abasourdi, j'ai contemplé son secret et j'ai su que nos vies venaient de basculer pour toujours. 
Sous le choc, je me suis levé et je suis parti sans un mot. 
Lorsque je suis revenu, il était trop tard : Anna avait disparu. 
Et depuis, je la cherche. 



     Mon avis :

C'est ma belle-mère qui m'a conseillé ce livre. Je n'avais jamais lu de Musso et je pensais, à tort, que c'était juste un auteur qui écrivait des livres à la chaine sans grand intérêt. C'est méchant. Mais je me suis trompée, et j'ai été agréablement surprise.

La fille de Brooklyn est un roman policier mélangeant les affaires et les années. Ce sont mes préférés, ceux où un évènement dans le présent nous font revenir sur plusieurs mystères du passé.

Raphaël est heureux, dans trois semaines il va épouser la femme qu'il aime. Mais une photo et quelques mots font tout basculer. La femme qu'il croyait connaître cache en fait énormément de choses. Raphaël et un policier à la retraite vont jouer à une course contre la montre pour découvrir la vérité.

Je ne me suis pas vraiment attachée aux personnages. Raphaël est gentil et c'est vraiment noble de sa part de vouloir sauver Anna mais il avait un quelque chose qui m'agaçait. Marc Charades était drôle et sympathique mais ça s'arrête là, quant à Anna, je crois qu'on apprenait trop de choses différentes sur elle pour que je puisse m'identifier. Celui qui m'a le plus plu est Théo. Il est tellement adorable et mignon du haut de ses trois ans, et il ajoutait un touche de gaité.

L'intrigue est intéressante et bien menée, à la fin, j'étais accro. Néanmoins j'ai trouvé certaines incohérences, notamment celle où Anna affirme "C'est moi qui ai fait ça." ou encore le fait que tout se passe en quatre jours, je trouve ça beaucoup trop court pour tout ce qui se passe.

Sinon je ne me suis pas ennuyée un seul instant et j'ai bien aimé les passages sur la politique, l'auteur a du faire pas mal de recherches.

Finalement, c'est une bonne lecture, un policier comme on les aime mais sans plus.

     Extraits :

extrait p 28 :

" "On aime peut-être ce qu'on est pas", a écrit Albert Cohen. Peut-être est-ce pour ça que l'on tombe parfois amoureux de personne avec qui l'on ne partage rien.Peut-être ce désir de complémentarité nous laisse-t-il espéreront transformation, une métamorphose. Comme si le contact de l'autre allait faire de nous des êtres plus complets, plus riches, plus ouverts. Sur le papier c'est une belle idée, mais dans la réalité, c'est rarement le cas.

extrait p 285 :

" C'était aussi pour cette raison que j'avais adoré devenir père. avoir un enfant est un antidote à cette nostalgie et à cette fraicheur fanée. Avoir un enfant vous oblige à vous délester d'un passé trop lourd, seule condition pour vous projeter vers demain. Avoir un enfant signifie que son avenir devient plus important que votre passé. Avoir un enfant, c'est être certain que le passé ne triomphera plus jamais sur l'avenir."

mardi 26 juillet 2016

Tag #4 : Bilan des 6 mois



Salut Salut !

Aujourd'hui je reviens avec un nouveau tag. J'ai été taguée par Chinmoku du blog Le Monde Fantasyque. Malheureusement pour elle je n'ai pas regardé mes messages Facebook depuis des lustres, ce qui fait que je n'ai vu son tag qu'aujourd'hui alors qu'elle l'a fait il y a un mois (le 21 plus précisément). Et comble du hasard, je comptais faire ce tag cette semaine ^^ Alors voilà, Chinmoku je suis désolée et c'est vraiment très gentil à toi de m'avoir tagué. Si vous voulez voir ses réponses, c'est par ici ☛

Ce tag est, pour changer, un tag Pocket Jeunesse. Comme nous sommes à la moitié de l'année (et oui déjà...), il est temps de faire un petit bilan de nos lecture ^^

  • Avez vous eu un coup de coeur ?

Oui, peut être même plusieurs, mais je pense que le plus gros reste D'après une histoire vraie de Delphine de Vigan. Pour voir ma chronique, ☛ 

  • Avez vous lu un roman Pocket Jeunesse ?

J'ai lu le tome 4 des Chroniques Lunaires, Winter de Marissa Meyer ainsi que Ma raison de vivre de Rebecca Donovan pas plus tard que ce mois ci ^^ Peut être d'autres, mais deux c'est déjà pas mal  

  • Avez vous découvert un nouvel auteur?

Plein ! J'ai découvert Delphine de Vigan, Caroline Solé, Séverine Vidal, Anne Loyer, Vincent Villeminot, ... et pleins d'autres encore
  • Avez vous lu un de vos auteur préférés ?

Et bien je pense que maintenant Delphine de Vigan fait partie de mes auteurs favoris, alors oui :)

  • Avez vous terminé une série ?

J'ai terminé la saga Chroniques Lunaires de Marissa Meyer il y deux semaines.

  • Avez vous lu un lire sorti cette année ?

Avec les services presses, j'en ai lu plusieurs dont London Panic de Marie Vermande Lherm et Maman aime danser de Didier Pobel. Sinon j'ai aussi lu Little Sister de Benoît Séverac.

  • Avez vous rencontré un auteur ?

Ouiii, j'ai eu la chance de rencontré Christelle Dabos.

  • Attendez vous avec grande impatience un livre qui sortira pendant la deuxième moitié de l'année 2016 ?

J'ai tellement hâte de lire le tome 6 de Rebecca Kean de Cassandra O'Donnell qui sort le 6 Décembre. Cette série est juste géniale, j'ai lu les autres tomes au moins 3 fois chacun. Ce livre, je pense l'acheter le jour même !

  • Avez vous lu un roman sans histoire d'amour ?

Houla c'est une question difficile, la plupart des livres ont, ne serait se qu'un soupçon, de romance. Ah mais si, La drôle d'expédition de Séverine Vidal.

  • Avez vous lu un roman d'un auteur français ?

Plusieurs, les services presses que j'ai reçu ne sont que d'auteurs français. Donc nous avons Anne Loyer, Séverine Vidal, ... et hors SP, Vincent Villeminoy, Morgane Bicail, ...

  • Avez vous lu un roman adapté au cinéma (ou en série/téléfilm) ?

J'ai lu Elle s'appelait Sarah de Tatiana de Rosnay en lecture commune avec Camille du blog Les Petites Lectrices, mais je n'ai pas vu le film, du moins pas encore.

  • Avez vous lu un livre qui vous ai fait pleurer ?

J'ai pleuré en lisant Elle s'appelait Sarah de Tatiana de Rosnay, j'ai pleuré en songeant à Maman aime danser de Didier Pobel et j'ai faillit pleurer en Little Sister de Benoît Séverec, j'étais à deux doigts. Comme vous le voyer je pleure assez facilement mais le plus, c'est devant les comédies romantiques, une vraie madeleine ^^'
  • Avez vous lu un roman historique ?

Qui raconte des faits historiques non, mais un livre se passant dans le passé avec des faits historiques oui. J'ai lu La drôle d'expédition de Séverine Vidal, qui retrace les premiers pas de l'homme sur la Lune, et Inconnu à cette adresse de Kressman Taylor qui se passe pendant la Seconde Guerre Mondiale.
  • Avez vous lu un roman que quelqu'un vous a conseillé ?

Un ami de ma mère m'a fortement conseillé La vérité sur l'affaire Harry Quebert de Joël Dicker, qui pour lui avait été un coup de coeur et pour moi une super lecture.


Et voilà, ce tag est fini. Pour vous donner quelques chiffres (en fait un seul j'ai la flemme de compter le nombre de pages ^^') j'ai lu 35 livres de janvier à aujourd'hui mais je n'en ai chroniqué que 20.

Je tague en retour Milkabooks du blog Milkabooks ainsi que Mélanie du blog Une lectrice en herbe

lundi 25 juillet 2016

Ma raison de vivre de Rebecca Donovan



titre : Ma raison de vivre
auteur : Rebecca Donovan
traducteur : Catherine Nabokov
édition : Pocket Jeunesse
collection : Territoires
parution : 15 mars 2015
nombre de pages : 534
coût : 18,90€
lecture n° 30







     Synopsis :

" - Et si je ne veux pas être ton ami ?
  - Alors nous ne serons pas ami.
  - Et si je veux être plus qu'un ami ?
  - Alors nous ne serons rien du tout.

Emma a tout fait pour empêcher Evan d'entrer dans sa vie. Pas parce qu'il la laisse indifférente, bien au contraire, mais parce que personne ne doit savoir. Savoir qui elle est vraiment, quelle est son histoire et, surtout, ce qui l'attend tous les soirs, quand elle rentre chez elle...

     Mon avis :

Ce livre est prenant et bouleversant. Ce n'est pas une romance ordinaire, c'est l'histoire d'une jeune fille qui cherche à survivre et qui y arrive en partie grâce à l'amour. Mais c'est vrai que j'imaginais l'intrigue plus centrée sur la maltraitance mais cela ne m'a pas empêché d'apprécier l'histoire.

Emma est un personnage intéressant. Elle subit un enfer et la raison pour laquelle elle encaissé est juste adorable et parfaitement humaine. Malgré tout je n'ai pas compris certaines de ses réactions, peut être parce que je n'ai pas vécu ce qu'elle a vécu.

J'ai beaucoup aimé le personnage de Sara, son amitié est précieuse pour Emma et j'adore le fait que, même si elle est populaire, elle lui reste fidèle.

Evan, quand à lui, est parfait, peut être un peu trop. Il aime Emma alors qu'il la connaît à peine.
Grâce à lui, et à Sara, Emma réapprend à vivre et à profiter de sa vie.

Pour une fois, la fin est sublime, même si je la trouve un peu gâchée par l'épilogue et c'est avec impatience que j'attends de pourvoir lire la suite.

Pour finir parlons objet livre. Les couvertures de cette trilogie sont magnifiques ! J'aime un peu moins la deuxième mais elle reste tout de même très belle.

dimanche 24 juillet 2016

La vérité sur l'affaire Harry Quebert de Joël Dicker


titre : La vérité sur l'affaire Harry Quebert
auteur : Joël Dicker
édition : Éditions de Fallois
collection : poché
parution : 28 mai 2014
nombre de pages : 700
coût : 9,20€
prix : prix Goncourt des lycéens 2012 et Grand Prix Roman de l'académie française 2012








    Synopsis :


A New York en 2008, Marcus Goldman est le nouvel auteur à succès. Mais voilà, il n'arrive à écrire son second roman. Et alors que le délai est près d'expirer, il apprend que son vieil ami et écrivain de renom, Harry Quebert, est accusé du meurtre de Nolla Kellergan en 1975.     Mon avis
J'ai commencé ce livre il y a plus d'un mois. Un mois, j'ai rarement mis autant de temps à lire un livre, et pourtant je l'ai adoré. Je l'ai tellement aimé que je ne voulais le lire qu'à tête reposée. J'attendais le soir, quand j'étais sûre de pouvoir lire longtemps, pendant les révisions et l'histoire des arts, je le mettais de côté pour mieux en profiter.

Ce livre est un vrai casse tête, essayer de vous résumer l'histoire est impossible. Je dirai juste que c'est l'histoire d'un écrivain de 2008 qui tente d'élucider un meurtre datant de 1975.

A certains moments du livre, je me fichais de connaître le meurtrier, je voulais seulement comprendre les personnages, comprendre les faits. Il y a tellement de rebondissements, de gens qui mettent, d'hypothèses qui se créent, de certitudes qui s'effondrent...

Je ne saurais dire si j'ai aimé la fin. Je crois que je n'aime pas les fins car cela signifie quitter ces personnages, ces lieux, ces époques... Terminer un livre, c'est comme quitter un ami. C'est dur d'aimer une fin car durant tout le temps de notre lecture, nous nous sommes imaginés un dénouement, et il est plus que rare que ce soit exactement celui que l'auteur a écrit.

Cette fin est arrivée trop vite, en fait il y a eu tellement de péripéties que quand j'ai lu la fin, j'ai comme bugué, je ne voulais pas finir ce livre.

J'aimerais plus parler de ce livre, de Nola, de Marcus, de Harry, de tous les autres, mais j'ai tellement peur de spoiler.

samedi 23 juillet 2016

Little sister de Benoît Séverac



titre : Little Sister

auteur : Benoît Séverac
édition : Syros
parution : 3 mars 2016
nombre de pages : 201
coût : 13,95€
lecture n° 34
     








     Synopsis :

Du haut de ses seize ans, Lena fait preuve d'une assurance étonnante. Pourtant sa vie est loin d'être simple. Lena Rodriguez, c'était son nom avant. Sa nouvelle identité, elle ne peut la révéler à personne... Lena a convaincu ses parents de la laisser partir seule quelques jours à Cadaquès, chez son oncle et sa tante catalans. Elle ne leur a pas tout dit. Là-bas, elle a rendez-vous avec Ivan, son grand frère que personne n'a vu depuis quatre ans... depuis qu'il est parti, sans explication, faire le djihad en Syrie.


     Mon avis :

En Bretagne il y a une librairie que j'adore et dans laquelle je passe à chaque vacances. J'y suis allée aujourd'hui et ma grand m'a acheté un livre (qu'elle voulait elle lire elle aussi ^^)

Je ne sais pas trop comment faire cette chronique, elle risque d'être très brouillon. J'ai commencé ce livre à midi et je l'ai fini là, à 19h30.

Lena a 16h et vit "cachée". Pas par peur mais à cause de son frère, Ivan, devenu djihadist. Elle ne veut pas croire qu'il soit l'auteur de ces crimes, elle ne veut pas croire qu'il ait choisit de faire partie de Daech. Mais voilà, après 4 ans de silence, après 4 ans de doutes, Lena a la possibilité de revoir son frère, peut être de s'expliquer et pourquoi pas, de le ramener à la maison.

Ce livre, ce livre, je ne sais pas quoi dire à par qu'il est super.

Jamais je n'avais pensé aux familles des djihadist, au mal que cela pouvait causer à leurs proches. La famille Rodriguez est détruite et Lena ne sait plus quoi ressentir. Elle en veut à son frère et le hait mais en même temps, c'est son grand frère et elle l'aime.

Extrait p 14 :
Partie de Lena
"C'est difficile d'en vouloir à un grand frère qu'on aime ; difficile aussi d'aimer un frère à qui on en veut autant."

Lena est forte, elle garde espoir, elle est peut être un peu naïve. J'ai bien aimé le fait que, alors qu'elle part à la "recherche" de son frère, elle pense à Théo, l'ex meilleur ami d'Ivan, et aux sentiments qu'elle éprouve pour lui. Cela donnait un caractère plus humain à cette histoire.

J'ai aussi beaucoup aimé le personnage de Joan, un vieux loup de mer qui a plus d'un tour dans son sac. Et l'oncle et la tante, ils étaient adorables, et leurs disputes de vieux couple qui s'aime encore assez amusante, cela rajoutait un côté léger et montrait que quoi qu'il arrive la vie continue.

Le narrateur est un personnage de l'histoire. D'abord c'est Lena, puis Théo, Joan et enfin Tambon.

J'ai trouvé que la fin (la partie de Tambon) allait trop vite, j'aurais aimé vivre plus l'action. Par contre j'ai beaucoup aimé la toute dernière phrase, je l'ai trouvé très belle.

Belle, ce mot vaut aussi pour la couverte, je la trouve sublime, cette jeune fille qui regarde au loin et dans le bas, dans les couleurs du soleil levant, un homme tenant une kalachnikov.

Pour finir, des mots de soutient pour l'Allemagne. Ce qui s'est passé ce soir à Munich est atroce, bavard et inhumain mais la vie continue. Une amie a écrit cette phrase que je trouve magnifique : Malgré les massacres, malgré la bêtise des homme malgré la mort le monde continue de tourner et c est ça le pire. Mais je ne sais pas si c'est le pire ou au contraire le meilleur.
Encore une fois, vivez bien ♥

Extrait p 141
Partie de Joan
"Peut être que la lutte n'est plus à l'échelle d'un pays mais d'une personne... D'une gamine comme Lena qu'il faut sauver de son propre frère, un fou de Dieu qui a grandi dans une famille de républicains espagnols... Comble de l'ironie et de l'incompréhension. Peut être que le combat n'est plus contre des États mais contre des individus... Ce qui m'atterre, mettant à bas tout ce qu'on m'a enseigné et qui a guidé mes actes. Putain de monde, plus compliqué que ce que nous pensions ! Je me félicite ce soir de n'avoir jamais eu de descendance."

mercredi 20 juillet 2016

Paranoïa de Mélissa Bellevigne

"Seule.
 Désespérément seule."





titre : Paranoïa
auteur : Mélissa Bellevigne
édition : Hachette
collection : Black Moon
parution : 1 avril 2016
nombre de pages : 320
coût : 17€
lecture n° 33


 




   Synopsis :
Lisa Hernest, psychiatre reconnue et spécialisée dans les cas complexes, est appelée à l’institut Saint-Vincent en périphérie de Paris. Elle va rencontrer sa nouvelle patiente : Judy Desforêt, internée pour paranoïa et hallucinations, enceinte de cinq mois et qui refuse de s’alimenter. Dès leur première entrevue, la jeune femme qui se dresse face à elle fait preuve d’une lucidité et d’un discernement hors pair. Et plus Lisa apprend à la connaître, plus leurs échanges viennent ébranler ses propres convictions professionnelles et personnelles. Entretien après entretien, Judy lui livre en effet une curieuse histoire, mêlant sa quête des racines familiales en Angleterre et la présence invisible d’un certain Alwyn, cet homme qui la suit comme son ombre depuis toujours. Progressivement, Lisa, l’experte en âmes fragiles, sent ses moyens lui échapper et Judy la déstabiliser. À mesure que les mois passent et que la date de l’accouchement approche, la vérité semble s’éloigner.

     Mon avis :

Je me trouvais dans une librairie à l'île de Ré quand j'ai acheté ce livre. Il avait fait pas mal de bruit à sa sortie et me faisait envie.

Lisa, psychiatre de 37 ans, suit en thérapie Judy, une jeune femme de 20, enceinte et internée pour paranoïa et hallucinations. 
Lisa est pragmatique, réaliste et ce côté fait d'elle la meilleure dans sa profession. Mais étrangement elle s'attache à Judy et son cas la touche plus que cela ne devrait.
Le récit mêle le point de Lisa, en 2010 à celui de Judy, en 2009.

J'ai bien aimé savoir ce qu'il se passait dans la tête de Judy, connaître les raisons de son internement et la découvrir ensuite par les yeux de son médecin lors des séances de thérapie était intéressant.
Étrangement, j'ai mieux compris le comportement de Judy que celui de Lisa.

Mélissa Bellevigne à réussie à installer une atmosphère de doutes, de psychose en alternant les points de vue du médecin et du patient.

J'ai trouvé le livre plus addictif vers le milieu du livre. On suivait Judy dans sa quête de vérité et Lisa qui elle commençait à perdre pied. Elle s'était jetée corps et âme dans des analyse, des suppositions, jusqu'à s'oublier elle et son couple. Judy était devenue une obsession et ce, pour une raison qu'elle n'a pas compris tout de suite.

La fin est belle mais en même temps, comment est elle possible ?
Je ressors de cette lecture avec plus de doutes qu'au début, sur Judy et sa santé mentale, sur Alwyn, et sur l'avenir du bébé.

En bref, c'était une lecture haletante que j'ai beaucoup apprécié. En prime l'objet livre est agréable et sa couverture est sublime, j'adore les couleurs.

     Extraits :

"Judy venait remuer les tréfonds de mon esprits même lorsque j'étais loin d'elle, le soir, la nuit et le week-end, m'obligeant à m'y intéresser de tout près, faisant naître en moi un sentiments proche du devoir qui ne laisse jamais ma conscience se reposer. Peut être parce qu'elle aurait pu être ma fille. Peut être parce qu'elle portait l'enfant que je n'aurais jamais. Quoiqu'il en soit, j'éprouvais un besoin maladif, addictif même de travailler sur son cas."

P 135 
"Un soleil éclatant rayonnait dans le ciel bleu parsemé de quelques rares nuages, et je pensais à cette phrase qu'un de mes oncles, originaire du Morbihan, répétait bien souvent quand j'étais petite : "En Bretagne, il ne pleut que sur les cons." Peut être que ça valait aussi pour la Grande, songeait je, amusée. "

dimanche 17 juillet 2016

Maman aime danser de Didier Pobel & Petits mots sur les attentats ♥



 titre : Maman aime danser
 auteur : Didier Pobel
 édition : Bulles de savon
 collection :
 parution : 17 août 2016
 nombre de pages : 67
 coût : 12€
 lecture n°32









     Synopsis :

C'est un petit garçon et il est seul chez sa grand-mère pour le week-end, sa mère est partie danser. Maman aime beaucoup danser, tu sais, lui répète son père. On est lundi, elle n'est toujours pas revenue. Elle aime danser d'accord, mais la musique doit bien s'arrêter un jour non?

     Mon avis :

67 pages. 67 pages d'innocence, 67 pages de drame.

Tom doit avoir 4,5 ans et il ne comprend pas pourquoi sa maman n'est pas encore rentrée. Il ne comprend pas pourquoi son papa et sa mamie ont attrapé le même micorbe, un vilain rhume qui les fait pleurer tout le temps. Il ne comprend pas pourquoi sa maman est dans le journal, lieu où elle n'allait jamais.

Je savais qu'il s'était passé quelque chose de grave mais je n'avais pas réalisé quoi. C'est en avant dans l'histoire, c'est en lisant les mots que Tom entendait, déformés par ses oreilles d'enfant, c'est en voyant une date et un "dix ans plus tard" que j'ai sus, et ça m'a brisé le coeur.

J'écris cette chronique et j'ai envie de pleurer. J'imagine ces enfants, ces petits enfants qui ne comprennent rien à ce qu'il se passe, qui veulent juste savoir pas pourquoi leur maman, leur papa n'est pas rentré(e) à la maison ce soir là.

Ce petit livre est beau, triste mais beau, dur et délicat. Il est tout mignon, tout innocent. C'est quand après on se dit que non, non ce n'est pas entièrement une fiction, que des enfants, et des adultes, ont vécu ça il y a moins d'un an, c'est horrible et je pleure.

Comment ? Comment peut on faire ça? Les hommes sont fous. Charlie Hebdo en janvier 2015, le Bataclan en novembre, Bruxelles en mars et là, il y a 3 jours, un homme décide de foncer en voiture et d'oter la vie de dizaines de personnes. Ce n'est pas avec des armes mais ça n'en reste pas moins affreux. C'est inhumain.

A dire vrai, je crois que l'on s'attendait tous un peu à un nouvel attentat. Voir ces beaux feux d'artifices avec autant de personnes réunis en un même endroit... On y a échappé pendant l'Euro et je pensais que ce serait pareil, qu'on aurait peur pour rien mais non, et cela m'a vraiment choqué de l'apprendre.

Prenez soin de vous et vivez.