MENU

mercredi 26 juillet 2017

TAG #15 : Vive les vacances !



Hello ! 
Je vous retrouve aujourd'hui pour un tag que j'ai découvert chez Two Girls and Books. La moitié de l'été est déjà passé mais c'est pas grâaaave.
Bon je ne veux que des livres m'appartenant et je vais essayer d'en prendre des un peu originale. Pff en plus j'ai pas choisi la bonne maison, tous mes romans ou presque sont chez mon père 😭
Alors, vous êtes prêts ? Go !

1) Citer un livre dont l'histoire se déroule loin de chez vous.

La plupart des romans se passent aux Etats-Unis alors pour changer voici Dix milles et une façons de quitter la Moldavie de Vladimir Lortchenkov qui se passe ... bah en Moldavie.

2) Citer un livre où l'intrigue se passe dans un endroit où vous êtes déjà partis en vacances.

Je vais prendre la facilité. D'après une histoire vraie de Delphine de Vigan se passe à Paris. 

3) Citer un livre que vous avez lu en vacances.

Le premier qui me vient est Girl Online de Zoee Sugg

4) Citer un livre où les personnages sont en vacances pendant tout le livre.

Facile ça ! Amour, vengeance & tentes quechua de Estelle Billon-Spagnol. Tara passe ses vacances au camping. 

5) Citer un livre dont la couverture évoque les vacances.

Je pense tout d'abord à Amour, vengeance & tentes quechua mais je dois changer...
Pour moi, Les yeux couleurs de pluie de Sophie Tag Men évoque les vacances car l'histoire se passe en Bretagne et que j'y passe toutes mes vacances.

6) Citer un livre où les vacances des héros ne se déroulent pas comme prévues.

Là dessus aussi je pense à Amour, vengeance & tentes quechua mais en cherchant un peu plus j'ai retrouvé London Panic ! de Marie Vermande-Lherm

7) Citer un livre que vous aimeriez lire en vacances.



Je vais prendre un livre que je vais lire et que je suis contente de lire pendant les vacances. Il s'agit de La Fourmi rouge de Emilie Chazerand. 

8) Citer un univers livresque où vous aimeriez partir en vacances.

A-ton besoin de poser la question ? Je veux passer mes vacances, ma  scolarité et ma vie à Poudlard !!!!!

9) Citer un livre dans lequel le héros prend l'avion ou le train.

Dans Sauveur & Fils de Marie-Aude Murail, il vont en Martinique et ils y vont en avion à pied bien sûr !

10) Citer un livre avec un roadtrip.

Je ne sais pas bien ce que l'on entend par roadtrip.... 
Comme je ne pense pas en avoir lu, je vais choisir Quelqu'un qu'on aime de Séverine Vidal qui est un roman que j'aimerais beaucoup découvrir. (et c'est vrai je ne l'ai pas, j'ai failli à ma objectif)


Voilà !! Ce tag est terminé et je nomine en retour ..... tout le monde ! Comme c'est les vacances, que je ne sais qui a internet ou non, qui veut blogger ou non je nomine TOUT LE MONDE !

lundi 24 juillet 2017

Vingt-quatre heures de la vie d'une femme de Stefan Zweig

titre : Vingt-quatre heures de la vie d'une femme
auteur : Stefan Zweig
traducteur : Olivier Bournac et Alzir Hella
édition : Le Livre de Poche
nombre de pages :
parution : 1927
coût : 2,90€
lecture n°54

Synopsis :

Au début du XXe siècle, une petite pension sur la Riviera. Grand émoi chez les clients de l'établissement : l'épouse d'un des pensionnaires, Mme Henriette, est partie avec un jeune homme qui pourtant n'avait passé là qu'une journée. Seul le narrateur prend la défense de cette créature sans moralité. Et il ne trouvera comme alliée qu'une vieille dame anglaise sèche et distinguée. C'est elle qui, au cours d'une longue conversation, lui expliquera quels feux mal éteints cette aventure a ranimés chez elle.





Mon avis : 

J’avais lu il y a peu de temps Le voyage dans le passé de Stefan Zweig et j’avais beaucoup aimé cette nouvelle. 
Vingt-quatre heures de la vie d’une femme raconte l’histoire insensée qu’une vieille femme vécut il y'a des années de cela. 

La narration est particulière. Un homme parle de la vie de l’hôtel quand un événement improbable survint. Cet évènement est le déclencheur de la véritable histoire du livre. Cela ajoute un charme particulier au roman. 

Ce qu’a vécut cette vieille dame anglaise en 24 heures est juste impressionnant. Après l’avoir découvert, je me suis rendue compte à quel point la vie peut être changeante et comme, un regard, un sourire, une heure, peut vous détourner de vos projets. Je me suis rendue compte que, comme avec L’Alchimiste, il fallait vivre sa vie au présent, qu’il fallait laisser parler nos émotions. Mais je me suis aussi rendue compte que parfois, vivre sans penser aux conséquences peut en avoir des années plus tard. 

Alors comment faut-il vivre ? Faut-il vivre le moment présent sans penser à l’avenir ou vivre le moment présent en tachant de ne pas gâcher l’avenir. Un mélange des deux surement, car quoi que l’on fasse, cela nous fera grandir comme cette vieille dame anglaise qui en a retiré un enseignement. 

Je ne sais vraiment pas quoi dire de plus concernant ce livre à part qu’il s’agit d’une très belle lecture, une de ces lectures où l’on se rend compte que nous l’avons lu qu’après l’avoir terminée.

samedi 22 juillet 2017

Horace de Pierre Corneille




titre : Horace
auteur : Pierre Corneille
édition : Hatier
collection : Nouveaux classiques
nombre de pages : 5 actes
parution : 1640
coût : 3,40€
lecture n°53










Synopsis

La pièce, dont l'action se situe à l'origine de Rome, débute dans une ambiance tragique : la famille romaine des Horace est unie à la famille albaine des Curiace. Le jeune Horace est marié à Sabine, jeune fille albaine dont le frère Curiace est fiancé à Camille, sœur d'Horace. La guerre fratricide qui éclate entre les deux villes rompt cette harmonie. Pour en finir, chaque ville désigne trois champions qui se battront en combat singulier pour décider qui devra l'emporter. Contre toute attente, le sort désigne les trois frères Horace pour Rome et les trois frères Curiace pour Albe. Horace, étonné, ne s'attendait pas à un si grand honneur. Les amis se retrouvent ainsi face à face, avec des cas de conscience résolus différemment : alors qu'Horace est emporté par son devoir patriotique, Curiace se lamente sur son destin si cruel.

Mon avis : 

Lors de mon devoir commun j’avais aussi dû étudié la scène V de l’acte IV d’Horace de Corneil.

J’ai trouvé la plume de Corneille, bien qu’un peu similaire à celle de Racine, plus pompeuse et grandiloquente.

L’amour est encore une fois au centre de l’intrigue mais à ce sentiment s’ajoute aussi le sens de l’honneur. Cependant à l'inverse des Fourberies de Scapin, des Femmes savantes ou encore d’Andromaque, les couples sont définis et restent les même tout au long de la pièce. Les questions qui sont posées sont : vers qui de l’amour ou de la famille va la loyauté, vers qui doit aller les pleurs ?


"Tu n'as frappé mes yeux d'un moment de clarté, 
Que pour les abîmer dans plus d'obscurité"
III, 2

Tout au long du roman, Camille et Sabine, deux demi-soeurs ayant épousé le frère de l’autre, hésitent. C’est la guerre entre Rome et Albe, et chacune, a un amour dans l’un et des frères dans l’autre. Devant cette situation similaire, leurs comportements diffèrent. Camille pleur alors que Sabine demande à ce que l’on lui donne la mort. 

En plus de cette intrigue là qui se trouve durer pendant les trois premiers actes, se trouve le dilemme d’Horace. Camille pleurant la mort de son amant et ne fêtant pas la victoire de Rome est tuée par son frère Horace. Pour cet acte, mérite-t-il la mort ?
La toute dernière scène sert de procès à Horace. Il est dirigé par le roi Tulle. 

J’ai aussi beaucoup aimé cette pièce. Les batailles sont bien décrites et les récits intéressants. Encore une fois, la psychologie des personnages est passionnante, il faudrait des semaines pour faire des recherches, analyser et comprendre leurs fonctionnement. 

J’ai détesté Horace pour ce qu’il avait fait et en même temps j’avais pitié de lui car il a aussi perdu toute sa famille et ses amis. Camille est morte pour avoir pleurer son amant. C’est un crime bien minime n’est-ce pas ? Mais au moins, elle ne souffre plus. Quant à Sabine, elle est obligée de rester avec son mari Horace et son coeur est tiraillé par le même dilemme qu’au début. 

"Sire, délivrez-moi, par un heureux trépas, 
Des crimes de l'aimer et de ne l'aimer pas."
V, 3

Une fois Horace refermé, j’ai repris mon souffle et me suis rendue compte qu’il était comme bloqué durant toute ma lecture. Cette guerre fratricide, ces destins maudits m’écrasaient la poitrine. Je ne savais que penser des comportements des personnages. Je crois que personne n’avait raison ou tort, mais je me demande s’il aurait pu en être autrement. 

jeudi 20 juillet 2017

Chronique Expresse : Les Fourberies de Scapin de Molière

titre : Les Fourberies de Scapin
auteur : Molière, né Jean-Baptiste Poquelin
édition : Larousse
collection : Classiques Larousse
nombre de pages : trois actes
parution : 1671
coût : 2€
lecture n°52

Synopsis :

Scapin, le valet italien, est fourbe. Il est menteur, voleur, hypocrite et perfide. Mais, à sa façon, il est aussi fidèle et courageux. Il lutte en permanence contre les injustices de son temps, celle par exemple qui empêche les amoureux de se marier librement. Voilà pourquoi ses jeunes maîtres lui confient leurs amours, voilà pourquoi il s'engage à les aider. Et quand Scapin donne sa parole, l'action se précipite. Toutes les ruses et toutes les inventions burlesques sont permises !





Avis expresse

Mon avis sur cette pièce sera très bref, d’une part car il s’agit d’une pièce très courte (3 actes) et d’autre part car je vous ai parlé de la plume de Molière dans mon article des Femmes savantes.

Comme beaucoup je suppose, j'ai étudié cette pièce en 6ème, et je ne l'avais pas trop aimé. 

Bien que dans cette pièce, Molière écrive en prose, j’ai tout de même trouvé ma lecture agréable. Les dialogues, pleins d’humour, me faisait toujours sourire. 

Scapin est de loin le personnage le plus attachant et surtout le plus drôle. Ses scènes avec le seigneur Géronte s’ajoutent au comique de la pièce. 

Le retournement de situation final, très tiré par les cheveux à mon avis, crée un happy end surprenant. Mais le livre se termine tout de même sur une nouvelle fourberie de Scapin plutôt cocasse.


Les Fourberies de Scapin de Molière est une lecture rapide, agréable et surtout très comique. 

mardi 18 juillet 2017

Les Femmes savantes de Molière

titre : Les Femmes savantes
auteur : Molière né Jean-Baptiste Poquelin (j'avais fait un exposé sur lui en 6ème)
édition : Larousse
collection : Classique Larousse
nombre de pages : 119
parution : 1672
coût : 3,40€
lecture n°51

Synopsis : 

Philaminte aime avant tout « le beau langage et les hautes sciences ». Elle dirige sa maison d'une main de fer avec le soutien de sa fille aînée, la prude Armande, et de sa belle-sœur, Bélise, demi-folle persuadée que chacun l'aime. Ce trio s'extasie devant Trissotin, le pédant trois fois sot. Ce nouveau Tartuffe convoite la dote d'Henriette, la cadette, qui lui préfère l'aimable Clitandre.






Mon avis : 

Lilou m’avait donné envie de découvrir Les Femmes savantes de Molière. C’est maintenant chose faite ! 
Je crois que mon dernier Molière lu était Les Fourberies de Scapin en 6ème, et je me souviens d’une comédie lourde et grossière. Mon avis sur les Femmes savantes diffère totalement !

L’écriture est comme je l’aime au théâtre : en alexandrin avec un vocabulaire à la fois soutenu pour les femmes savantes et courant pour les autres personnages. 

En parlant de personnages… Il sont tous hauts en couleurs avec des caractères bien différents
Philaminte sait ce qu’elle veut, elle déteste être contrariée et personne n’osait la contredire. Elle se croit savante, au delà des choses matérielles, et elle dénigre quiconque n’est pas de son avis.
Son mari est plus passif. Il se laissait faire et ne reprochait jamais rien en face à sa femme. Le mariage d’Henriette a été pour lui comme une révélation. Il s’est battu pour prouver aux autres que ce n’était pas sa Philaminte qui portait la culotte dans le couple.
Armande, la fille ainée de Philaminte et Chrysale est le portait craché de sa mère. Elle pense comme elle, elle pense que le vie spirituelle est plus importante que la vie physique. Mais on découvre finalement qu’elle ne croit pas à cent pour cent cette maxime.
Henriette, la cadette, est plus simple. Elle rêve de se marier avec un homme qui l’apprécie. Elle se plait dans sa condition de femme et ne cherche pas à « savoir »
Mon personnage préféré est Belisse, la tante. Elle se qualifie aussi de femme savante et elle est complètement folle. Elle imagine des sous-entendus partout, et pense que tous les hommes sont à ses pieds. Ses dialogues sont à mourir de rire.

Cette pièce de théâtre est réellement une comédie. L’humour est bien présent dans le texte, que ce soit un comique de mots, de situation ou de caractère, et même le comique de répétition qui habituellement m’agace… Je n’ai fait que sourire pendant ma lecture.

Deux scènes restent dans mon esprit. La scène VI de l’acte II où Belisse et Philaminte gronde Martine et lui font une leçon de grammaire en réprimande est hilarante ! Ensuite, dans la scène III de l’acte III, Trissotin et Vadius, deux « connaisseurs » aussi pédants l’un que l’autre, passent de la camaraderie et de la flatterie à une dispute devant déterminer qui des deux est le plus doué.

Dans cette pièce, Molière fait une satire des femmes savantes de l’époque. Il se joue d’elles, les trompe, les ridiculise. Deux mentalités s’affrontent : les femmes voulant apprendre et ne plus être que des femmes au foyer (Belisse, Philaminte), et les femmes se plaisant comme elles sont, c’est à dire obéissante à leur mari et ne faisant pas d’esprit (Henriette et Martine). 
J’ai donc trouvé ce texte un peu sexiste tout de même car les femmes voulant s’élever de leur condition sont ridiculisées alors qu’elles sont très caricaturales. La pensée qui domine est celle de la femme plus faible par rapport à l’homme.


Finalement, j’ai passé un très bon moment en lisant Les Femmes savantes et j’ai maintenant envie de découvrir Les Précieuses ridicules

lundi 17 juillet 2017

C'est lundi, que lisez-vous ?

Hello ! 
C'est lundi que lisez-vous ? qu'est-ce que c'est ? Mis en place par Galleane et Mallou, qui se sont inspirées de It's Monday, what are you reading?, c'est tout simplement un rendez-vous hebdomadaire où il s'agit de répondre à ces trois questions : 
  • Qu'as-tu lu la semaine dernière?
  • Que lis-tu cette semaine?
  • Que liras-tu la semaine prochaine ?
On peut aussi ajouter les séries, les acquisitions de la semaine, les articles à venir ... 

Mes lectures passées : 



J'ai commencé le mois de juillet avec une semaine de vacances avec des copines, du coup, je n'ai pas lu, normale non ? 
Cette semaine, je suis partie chez mes grand-parents. Ayant 7 heures de train pour y aller et ne faisant jamais grand chose là-bas, j'ai emmener 5 livres. Pour ces vacances, je souhaite lire des classique, comme chaque été certes, mais là, en lire plus, bac de français l'année prochaine oblige. 
Dans le train, j'ai donc lu L'Alchimiste de Paulo Coelho, une merveille.
J'ai ensuite trouvé dans la bibliothèque de ma grand-mère plein de vieux classiques lui appartenant. J'ai donc commencé avec Andromaque de Jean Racine. Une réécriture tragique que j'ai adoré.


Puis, j'ai enchaîné sur Les Femmes savantes de Molière, que étrangement, j'ai beaucoup apprécié. 
Ayant aimé cette comédie, j'ai voulu retenter le coup avec Les Fourberies de Scapin de Molière, lu une première fois en 6ème, et pareil, j'ai été agréablement surprise. Les chroniques de ces deux livres seront publiées dans la semaine. 
Enfin, dans le train, j'ai lu Horace de Pierre Corneille, une magnifique tragédie.

Ma lecture du moment : 



J'ai commencé dans le train du retour Vingt-quatre heures de la vie d'une femme de Stefan Zweig. Je devrais le finir aujourd'hui et c'est une bonne lecture.

Mes prochaines lectures : 

Humm, je vais essayer de continuer dans ma lancée des classiques.

Mes acquisitions : 


J'étais à Paris ce week-end, il s'agissait de mon cadeaux d'anniversaire (un magnifique ballet au Palais Garnier, un rêve éveillé) et bien sûr, j'ai visité une librairie et j'ai acheté Néons de Denis Belloc, un livre recommandé par une libraire lors d'un club lecture.

Mes séries :


J'ai bientôt (enfin) fini Buffy contre les vampires, snif.

Les articles à venir : 

Les chroniques des Femmes savantes de Molière, des Fourberies de Scapin aussi de Molière, la chronique de Horace de Pierre Corneille, peut-être des Vingt-quatre heures de la vie d'une femme de Stefan Zweig et sûrement aussi un tag.

Et vous, que lisez-vous ? 
Bonne semaine à tous !

mercredi 12 juillet 2017

Andromaque de Jean Racine

titre : Andromaque
auteur : Jean Racine
édition : Hatier
collection : Nouveaux classiques
nombre de pages : 75
parution : 1667
coût : 3€
lecture n°49

Synopsis : 

Oreste aime Hermione, qui aime Pyrrhus, qui aime Andromaque, qui aime Hector, qui est mort... Pris dans une chaîne amoureuse sans issue, comment pourraient-ils s'en sortir ? De fait, quand le rideau s'ouvre, tous les éléments de l'étau tragique sont déjà prêts à se refermer sur les personnages : prisonniers de leurs passions, leur perte est inéluctable. Racine orchestre avec délectation leurs débats impuissants, leurs actions désespérées, et leur terrible fin, pour le plus grand plaisir du spectateur et du lecteur.



Mon avis :

Comme chaque été depuis des années, je m'oblige à lire quelques classiques. J'avais adoré Iphigénie de Jean Racine, et j'ai autant aimé Andromaque. Ironie du sort, j'avais travaillé sur la scène 3 de l'acte V lors de mon devoir commun de fin d'année.

Andromaque est une troyenne. Veuve d'Hector, elle devient la captive de Pyrrhus lors de la prise de Troie. Pyrrhus en tombe cependant amoureux, mais elle ne pense qu'à son feu-mari.
La mythologie grecque est bien complexe, d'autant plus qu'Andromaque fait partie du mythe des Atrides !
Après ma lecture, j'ai souhaité faire quelques recherches mais je crois que cela m'a encore plus perdue 😅

L'Andromaque de Racine peut se résumer en une chaîne amoureuse : Oreste aime Hermione, qui aime Pyrrhus, qui aime Andromaque, qui aime toujours Herctor, qui est mort, et qui souhaite protéger son fils. 
L'intrigue en elle-même est, disons-le, banale. Corneil l'avait déjà utilisé dans La Place Royale en 1634.

Ce qui m'a le plus frappé dans cette pièce, c'est la psychologie des personnages. Les actions de chacun, tous autant qu'ils sont, sont gouvernées par l'amour. Des amours différents, l'amour maternel d'Andromaque, l'amour jaloux d'Hermione, l'amour désespéré d'Oreste ou encore l'amour étrange de Pyrrhus.
Fait plus intéressant encore : leur instabilité. Ils sont tous vacillants, hésitants. Andromaque ne sait que choisir : rester fidèle à Hector et sacrifier son fils ou sauver son fils et épouser la cause de tous ses malheurs ? Pyrrhus hésite, il ne sait pas qui épouser d'Andromaque ou d'Hermione, pour qui bat son coeur ? Quant à Hermione, elle vacille jusqu'à ordonner la mort de Pyrrhus à Oreste pour ensuite l'en blâmer. Les dilemmes qu'ils ont à résoudre son cornélien et rien ne se passera comme prévu.

N'oublions pas qu'Andromaque est une tragédie, et, bien que bienséance oblige où elle reste moins sanglante que l'Andromaque d'Euripide, il y a tout de même des morts violentes. Ce sont les Atrides, quoi de plus normal ?

Cette pièce de théâtre est en vers, alexandrins et rimes plates, chose que j'adore. Je trouve que cela donne un caractère très noble à la lecture et j'ai souvent l'impression d'être au théâtre dans ces moments là. Un véritable catharsis.

"Il peut, Seigneur, il peut, dans ce désordre extrême, 
Epouser ce qu'il hait et punir ce qu'il aime."

En définitive, j'ai beaucoup apprécié ma lecture d'Andromaque de Jean Racine, le vocabulaire soutenue est agréable, les personnages sont très intéressant et je conseille fortement de faire des recherches en suivant, peut-être même préliminaires.

lundi 10 juillet 2017

L'Alchimiste de Paulo Coelho




titre : L'Alchimiste
auteur : Paulo Coelho
traducteur : Jean Orecchioni
édition : Le Livre de Poche
nombre de pages : 189
parution : mai 2001
coût : 5,34€
lecture n°48

Synopsis :
L'histoire est celle de Santiago, jeune berger andalou parti à la recherche d'un trésor enfoui au pied des pyramides. Dans le désert, initié par l'alchimiste, il apprendra à écouter son cour et à déchiffrer les signes du destin






Mon avis :

"La seule chose qui change dans le désert ce sont les dunes, quand souffle le vent."


Santiago, plus communément appelé "le jeune homme", est un berger andalou. Sa vie, simple, lui convient. Voyager, découvrir l'Andalousie, c'est ce qu'il a toujours voulu. La compagnie des montons lui est agréable et lui permet de gagner sa vie. Un rêve, un simple rêve, va lui faire changer radicalement de vie.
Rencontres, travail, amitiés, disciple, amours, le jeune homme va tout connaître. Mais il va surtout apprendre à se connaître lui-même.

"La trahison c'est le coup auquel tu ne t'attends pas. Si tu connais ton coeur, il n'arrivera jamais à te surprendre ainsi. Car tu connaitras ses rêves et ses désirs, et tu sauras en tenir compte. Personne ne peut fuir son coeur. C'est pourquoi il vaut mieux écouter ce qu'il dit. Pour que ne vienne jamais te frapper un coup auquel tu ne t'attendrais pas."

Ce conte philosophique m'a donné envie de relire Le Petit Prince de Saint Exupéry. Il est doux, apaisant. Quand je l'ai lu hier dans le train, mon esprit s'est vidé, il était clair et cotonneux en même temps. J'étais dans une bulle de sérénité. J'étais en moi-même, dans mon coeur, mon âme faisant partie de l'Âme du Monde. J'étais bien

"Ecoute ton coeur. Il connaît toute chose parce qu'il vient de l'Âme du Monde, et qu'un jour, il y retournera."

Ce livre m'a fait réfléchir. Réfléchir à moi, à futur. Il m'a fait me rendre compte que le présent est beau, qu'il s'agit d'une fleur magnifique dont il faut s'extasier devant chaque pétale. Il m'a appris qu'il faut chérir le présent, ne pas regretter le passé, ni anticiper le futur. Il m'a fait voir le monde comme une seule et même chose, écrite de la même Main. Il m'a fait imaginer l'eau se transformant en désert, l'homme se transformant en vent. Enfin, il m'a fait comprendre que l'univers n'est pas entièrement sombre. Il cache la vie, la lumière, dans des milliers de recoins, dissimulée aux yeux de ceux qui ne savent pas regarder.

Alors vivez.
Mektoub

jeudi 6 juillet 2017

TAG #14 : Harry Potter et le véritaserum

Hey ! Voici la dernière partie du tag géant HP datant de l'été dernier. Franchement je dois dire qu'il s'agit de mon plus gros retard (presque un an !). Chapeau à moi-même ! 



Le Véritaserum

Si tu étais un animal de compagnie à Poudlard, lequel serais-tu ?

Je ne sais pas… Pas un rat ou un crapaud, c’est sûr, mais entre une chouette et un chat… j’hésite. Non en fait un chat sans hésitation xD

Quelle pièce de Poudlard voudrais-tu être ?

J’aimerais être une salle commune, c’est la où se réunit tous les élèves et où ils passent du bon temps.

Dans quelle maison serais-tu ?

Je reviens, je vais faire le test ;)
Et je suis à .... Poufsouffle ! 
PS de 2017 : Au départ je voulais Serdaigle, mais finalement, Poufsouffle, c'est mieux.

Quel poste occuperais-tu au Quidditch ?

Spectatrice, j’ai le vertige ! 

Quel serait ton patronus ?

J’imagine un petit animal tout mignon mais je ne pourrais pas être plus précise.
PS de 2017 : J'ai fait le test du patronus et le mien est un cheval sauf que j'ai peur des chevaux !

Si tu pouvais être un sortilège, lequel choisirais-tu ?

Question complexe... Je pense le Protego, pour me protéger, ne plus souffrir.

Quel cours de magie aimerais-tu le plus suivre ?

Sans hésiter un cours de défense contre les forces du mal avec le professeur Lupin, ou pourquoi pas un cours de métamorphose avec McGonagall.

Quel personnage aimerais-tu avoir dans tes amis ?

Voyons voir… Harry m’agacerait à toujours vouloir me protéger et agir seul, Malfoy, je le giflerais avant même qu’il ouvre la bouche. Avec Ron je pourrais rire, Ginny serait adorable avec moi quand à Luna, deux dans la lune cela fait trop. J'adorerais qu'Hermione soit une des mes amies, on se ressemble pas mal et je pense que l'on pourrait très bien s'entendre.

Ta baguette ? (Je me permets de mettre un petit plus parce que je suis trop fière de ma baguette XD ; Camille )

Elle est en bois de frêne et a un noyau en crin de licorne. Elle fait 10,25cm (oui c'est petit, mais au moins, elle est proportionnelle à ma taille !) et est très flexible.

Aviez-vous compris que Dumbledore était homosexuel durant la lecture ?


C'est quoi cette question ?! Alors là pas du tout, je dois dire que jamais je ne m’étais posée la question. Je l'apprends en lisant la question. Mais surtout, on s'en fiche non ? Qu'est ce que cela change ???

mardi 4 juillet 2017

TAG #13 : Harry Potter et la salle sur demande

Bonjouuuuur 
J'ai retrouvé ce tag datant de l'été dernier (lors du mois HP organisé par Les Petites Lectrices) et je me suis dit, puisque je l'avais déjà rempli, pourquoi ne pas le publié ? avec presque un an de retard. Mes précédents tags (le premier et le deuxième) ;)

La salle sur demande

Si tu étais face à J.K. Rowling, que lui dirais-tu ?

« Mais comment avez-vous fait pour écrire une saga aussi génial ? Comment avez-vous fait pour inventez un monde où tout le monde aimerait vivre ? Comment avez-vous fait pour que le dernier tome soit aussi bien que le premier ? » 
Mais bon, pour ça, il faudrait que je parle un minimum anglais ce qui n'est pas gagné !

Quel impact la saga Harry Potter a-t-elle eu sur toi ?

Bien que je ne l'ai lu que très tard, j'ai découvert les films tôt. Et ils m'ont éblouis ! Toutes mes premières histoires se passaient à Poudlard. Alors même si ce ne fut pas la saga qui me donna le goût de la lecture, c'est celle que me donna le goût du fantastique.

Pour toi Harry Potter est une passion. Qu’en pense tes proches ?

Mon père n'en penses rien. Ma belle-mère ne comprend pas, elle n'aime pas. Ma mère avait beaucoup aimé quand elle était plus jeune. Mon beau-père ne doit même pas savoir ce que c'est. Mon frère adore les films mais ne lit pas. Quand à mes amies, on n'en parle pas.
Donc.... Je crois que pour aucun d'eux, HP est une passion.

Tu préfères les livres ou les films ?

Les livres sans hésiter, et je regrette de ne pas les avoir lu plus tôt.
Possèdes-tu des objets de collections ? Dis nous lesquels et si possible, montre les nous.

Petite j’avais la baguette d’Hermione Granger et mon frère celle de Harry Potter, mais comme j’ai déménagé l’été dernier, je ne sais pas où elles sont…
PS de 2017 : Mon frère m'a offert à Noël dernier une figurine pop de Harry dont je suis dingue 😍😍😍

Es-tu déjà allé(e) au parc Harry Potter en Floride ? (Si non, aimerais-tu ? Si oui, vas-tu y retourner pour voir l’extension qui s’est faite en 2014 ?)

Non je n’y suis jamais allée, et je ne sais pas si j'aimerais y aller un jour...

As-tu déjà été à des événements Harry Potter ? Ou organisé des soirées sur ce thème ?

Jamais, j’étais trop petite pour les évènements et sinon, j’avais peu d’amis qui apprécier assez l’univers pour en faire des soirées. Mais j'aimerais beaucoup, cela doit être amusant.


Ce premier tag en retard est fini ! Je vague en retour Noémie, une amie qui vient juste de créer son blog : Noémie bouquine. N'hésitez pas à aller visiter 😘

samedi 1 juillet 2017

Bilan du mois → Juin 2017


Coucou tout le monde ! C'est l'été ☀ Les exams sont terminés (bon perso j'en ai pas passé mais j'imagine ceux des autres), et, à part pour les primaires et maternels, c'est les vacances !

Mes lectures

Pendant ce premier mois de "vacances", j'ai lu 8 livres. Un one-shot, des suites de séries et de nouvelles saga.


J'ai tout d'abord commencé Juin avec le dernier (?) Phobos de Victor Dixen, le tome 3. Il clôt d'une manière particulière cette saga. Et si cette trilogie était en réalité une quatralogie ? 
Ensuite, un an après l'avoir découvert, j'ai eu (merci à mon documentaliste pour ce cadeau) le tome 1 de Sauveur & Fils de Marie-Aude Murail. Ce livre parle de sujets plutôt graves tels que la scarification, la pédophilie, mais l'écriture elle, est toute simple, enfantine. J'ai beaucoup aimé ce premier tome et trouve la fin très belle. Une suite était-elle nécessaire ? Je ne pense pas mais j'ai tout de même très envie de la lire.



Amour, vengeance & tentes quechua de Estelle Billon-Spagnol. Une lecture estival parfaite pour cette période. Légère et réaliste en même temps, simple et complexe à la fois. Un pur concentré de bonheur.
Après cet air frais vint un monde sombre et sanguinaire : La brigade de l'ombre t-2 de Vincent Villeminot. J'avais adoré le tome 1, j'ai adoré le tome 2 et je vais adoré le tome 3. Que dire de plus ?


J'ai ensuite acheté sur un coup de tête le tome 3 de La Passe-miroir de Christelle Dabos. Depuis le temps que je le voulais 😍 Ce tome a été superbe. Une merveille dont je ne trouve les mots pour en parler. A quand la suite ???
J'ai mis quelques jours à me détacher de Babel, d'Ophélie et de Thorn. Ma lecture du tome 1 du Paris des Merveilles de Pierre Pevel fut donc un peu laborieuse. J'ai apprécié ce roman mais je ne pense pas le chroniquer. L'histoire est très fantastique et sophistiquée mais certains passages sont vraiment "jeunesse" Les noms donnés par exemple, ne sont pas très recherchés.


J'ai relu ce petit livre tout doux tout beau hier soir. Le chat zen de Kwong Kuen Shan. Ce recueil regroupe ses peintures, aquarelles et croquis de chats agrémentées de magnifiques proverbes.
Enfin, je viens de finir à l'instant le tome 1 de Fille de Cauchemars de Kendare Blake. Un premier tome haut en intensité, glauque à point. Super.

Citation du mois



Découverte sur le Monde fantasyque : "Et nous tombons, tombons de notre zénith à notre nadir, et nous laissons l’air souillé de sang pour que s’enveniment ceux qui le respireront demain. Je ne sais plus de quelle livre elle est tirée, mais je la trouve sublime."

Tirée de la Fille de cauchemars de Kendare Blake : "J'ai été obeafié par un homme obea, c'est ça ? C'est aussi grave que lorsqu'un schtroumpfs en schtroumpfe un autre?" Cette citation ne paie pas de mine, mais je l'a trouve amusante.








Mot de fin :

Je pars une semaine en vacances à la campagne avec des copines et il n'y aura ni réseau, ni internet. Cela fera un bien fou ! C'est pourquoi deux tags sont prévus, et vous allez voir, ils sont un peu particuliers 😆


☀Je vous souhaite à tous un excellent mois de juillet et de bonnes vacances